shadow

Apprendre à bien utiliser un couteau japonais

couteau japonais aiguiser

Toute chose a un début, et pour devenir un maestro de la cuisine, il faut du travail et ce n’est pas une mince affaire. Il faut apprendre et surprendre les gens de cette bonne qualité que vous en avez, ainsi que votre savoir-faire en communiquant avec les aliments. Accompagné d’un couteau japonais, chaque geste est calculé pour donner de la forme à votre nourriture, car la présentation des plats compte beaucoup pour les Japonais.

Notre premier exercice de découpage

couteau japonaisEncore bébé, on s’applique à tenir une cuillère et cette bonne manière de la guider vers notre bouche. A l’école, on nous apprend à tenir les stylos et les crayons, mais à la cuisine, on devrait savoir tenir un couteau. A quel âge vous avez tenu un couteau ? Avec le couteau japonais, il y a une différente manière de le tenir, et plus encore de l’utiliser. Ce couteau peut trancher, couper et hacher sans presser la nourriture, car sa lame s’incruste dans la chair de chaque aliment.

Ce qui demande une aisance à tenir correctement l’objet à couper. Les gestes à gauche et droites, ainsi que les oscillations donnent une autre texture à votre légume ou fruit. Mais bien sûr, chaque modèle est conçu pour un travail, et ce n’est pas seulement une question de la qualité de la lame, c’est aussi l’élégance de son design et ce travail d’optimisation qui fait que le couteau soit unique. Bien que les couteaux japonais aient une texture plutôt commune, ils ont aussi leurs façons de déformer et de traiter les aliments. Le tableau est clair par ici, avec des avantages et inconvénients, mais surtout pour vous aider dans votre choix de couteau japonais.

Un découpage stylé

C’est ce qui fait la différence entre un couteau ordinaire et celui des Japonais, cette manière de définir les choses, car pour eux, chaque geste évoque un art, et avec un esprit zen, on retrouve facilement cette aisance de nous exprimer à travers les objets. Manipuler un couteau japonais n’est pas un jeu d’enfant, il faut que l’on sache ce qu’on veut, et agir avec prudence. Bien sûr, l’exercice des champignons est toujours un bon commencement, ni trop juste, mais juste. C’est un peu compliqué en parlant, mais on arrive à rien sans essayer.

couteau japonais tendancesLa meilleure façon d’y arriver est de guider le couteau en tenant bien la nourriture, pour qu’il puisse nous obéir, sans trop appuyer, mais avec cette finesse bien tendre. Comme si on parle avec le couteau et on dicte ses mouvements. Rien ne s’accumule aussi rapidement, le temps nous offrira des expériences, et avec de la volonté, on peut obtenir un résultat bien fondé. N’hésitez pas à découper ou à trancher la viande, sinon vous allez l’abîmer et cela deviendra ni haché, ni tranché, mais on va dire que c’est une bouchée. Bien sûr, le choix de l’aliment compte et c’est pour cela que la cuisine japonaise travaille avec des aliments un peu crus et mi-cuits, qui est d’ailleurs très facile à atteindre par la baguette.

 

Donner ce confort de dégustation

C’est un terme qui rime bien n’est-ce pas, ce confort de dégustation, eh oui, c’est beau de pouvoir apprécier la démonstration du chef à chaque fois que l’on dîne dans un restaurant japonais. Car le sushi est une recette à base de poissons avec des salades que l’on déguste avec plaisir. La technique est aussi d’apprendre à délimiter chaque partie d’un aliment. Les arrêtes ne se mélangent pas avec la chair, et encore moins les nerfs, mais on a tendance à ne pas trop prendre en compte cette image. Appliquer l’art de découper avec un couteau de marque japonaise évoque de l’émotion, surtout si vous pensez faire un Teppanyaki, un spectacle époustouflant.

Apprendre à bien utiliser un couteau japonais ne demande pas enfin une formation appliquée, il faut juste s’entraîner pour que vos mains et doigts puissent avoir cette harmonie bien rythmée. N’oubliez pas quand même de choisir une marque qui est plutôt connue !

Posted in:
Articles by:
Published: